Skip to main content

Thank you for visiting nature.com. You are using a browser version with limited support for CSS. To obtain the best experience, we recommend you use a more up to date browser (or turn off compatibility mode in Internet Explorer). In the meantime, to ensure continued support, we are displaying the site without styles and JavaScript.

  • NEWS FEATURE

Dynamiser l'industrie pharmaceutique africaine grâce à la R&D

Usine d'anesthésiques et de vaccins Covid-19, Gqeberha, Afrique du Sud : La plus grande chaîne de fabrication d'anesthésiques généraux de l'hémisphère sud, avec la possibilité de remplir et de conditionner le vaccin COVID-19 de Johnson & Johnson.Waldo Swiegers/Bloomberg via Getty Images

Read in English

Le conseil d'administration de la Banque africaine de développement (BAD) a récemment approuvé la création de la Fondation Africaine pour la Technologie Pharmaceutique dans le but de transformer l'industrie pharmaceutique africaine indigène. La création de cette fondation est le dernier effort en date pour améliorer l'accès de l'Afrique aux technologies qui sous-tendent la fabrication de médicaments, de vaccins et d'autres produits pharmaceutiques et pour réduire la dépendance du continent à l'égard des importations.

Le président de la BAD, Akinwumi Adesina, a déclaré à Nature Africa que cette dépendance nuit également à la recherche et au développement sur le continent. Elle laisse l'Afrique incapable de produire les médicaments qui correspondent au profil épidémiologique du continent ce qui est primordial pour l'indépendance sanitaire de l'Afrique.

« Si on n’est pas capable de faire ça, on met à mal la capacité de l'Afrique à se doter, au fil du temps, d’une capacité de recherche et développement adéquate et des écosystèmes nécessaires pour soutenir un système de santé mondial productif, efficace et compétitif sur le plan des coûts", a-t-il déclaré.

Lorsqu'elle sera pleinement établie, la fondation sera un intermédiaire transparent qui négociera des accords et défendra les intérêts du secteur pharmaceutique africain auprès des sociétés pharmaceutiques mondiales et d'autres sociétés du Sud afin de partager des technologies, un savoir-faire et des procédés brevetés protégés par la propriété intellectuelle.

Elle accordera la priorité aux technologies, produits et processus axés principalement sur les maladies largement répandues en Afrique, y compris les pandémies actuelles et futures.

"Elle façonnera également les compétences humaines et professionnelles, l'écosystème de la R&D, et contribuera à améliorer les capacités des usines de fabrication et la qualité de la réglementation afin de répondre aux normes de l'Organisation Mondiale de la Santé", a déclaré M. Akinwunmi.

Un programme en trois phases pour la R&D en Afrique

Si la Fondation est la dernière d'une série de tentatives visant à améliorer la capacité de fabrication de produits pharmaceutiques en Afrique, son approche est également conforme au programme des Centres africains de Contrôle et de prévention des Maladies (Africa CDC) , Partenariats pour la Fabrication de Vaccins en Afrique (PAVM) .

Ahmed Ogwell Ouma, directeur par intérim d'Africa CDC, estime que la Fondation Africaine pour la Technologie Pharmaceutique est un pas dans la bonne direction. Tout en admettant qu'à court terme, l'objectif pour le continent est d'être en mesure de produire localement des produits recherchés et développés ailleurs, la priorité à la recherche et au développement locaux sera un objectif à moyen et long terme.

"Notre approche de la production locale se déroule en trois phases. Dans la phase d'urgence, le remplissage et la finition seront parfaits pour les vaccins. En effet, l'emballage final des produits de santé sur le continent est bien au point. À moyen terme, nous voulons commencer à produire à partir de zéro ce qui a été développé ailleurs. Enfin, à long terme, nous voulons que nos instituts de recherche proposent des produits que nous pourrons ensuite développer et mettre sur le marché.

"Il s'agit donc d'un voyage", a déclaré M. Ouma.

Tout en soulignant l'importance du développement du secteur de la R&D en Afrique, M. Ouma a fait valoir que l'objectif ne devrait pas être que l'Afrique se lance toute seule. "Nous avons encore besoin de transfert de technologie. Nous avons encore besoin du partage de la propriété intellectuelle. Nous avons encore besoin de la flexibilité des ADPIC* de l'OMC pour pouvoir développer l'entreprise manufacturière ici, sur le continent africain. En même temps que nous faisons cela, nous travaillons également avec les États membres pour faire en sorte que la recherche continue", a-t-il déclaré.

doi: https://doi.org/10.1038/d44148-022-00112-w

Nature Careers

Jobs

Nature Briefing

Sign up for the Nature Briefing newsletter — what matters in science, free to your inbox daily.

Get the most important science stories of the day, free in your inbox. Sign up for Nature Briefing

Search

Quick links