Skip to main content

Thank you for visiting nature.com. You are using a browser version with limited support for CSS. To obtain the best experience, we recommend you use a more up to date browser (or turn off compatibility mode in Internet Explorer). In the meantime, to ensure continued support, we are displaying the site without styles and JavaScript.

  • COMMENT

Changement de paradigme dans l'épidémiologie de la variole du singe

Un technicien de laboratoire médical prend dans un réfrigérateur un réactif pour tester des échantillons suspects de variole du singe au laboratoire de microbiologie de l'hôpital La Paz, le 06 juin 2022 à Madrid, en Espagne.Crédit: Pablo Blazquez Dominguez/Stringer/Getty Images)

Read in English

L'actuelle épidémie mondiale de variole du singe a déconcerté les médecins, les épidémiologistes et les experts en maladies infectieuses. Contrairement aux épidémies précédentes, des centaines d'infections ont été constatées dans le monde en dehors de l'Afrique. Des cas ont été découverts dans plus de 28 pays en Europe, aux États-Unis, en Australie et en Asie7. Ces cas soulèvent un certain nombre de questions.

Pourquoi y a-t-il des épidémies dans plusieurs pays (plus de 23 pays au dernier recensement) ? Pourquoi ces cas surviennent-ils principalement en dehors de leur région endémique, l'Afrique occidentale et centrale? La variole du singe s'est-elle propagée sans être détectée à l'Ouest et cela pourrait-il expliquer pourquoi, jusqu'à présent, aucun des cas actuels n'a pu être attribué à un pays endémique ? Pourquoi l'incidence est-elle plus élevée dans les populations homosexuelles et bisexuelles ? Les réponses à ces questions et à bien d'autres aideront les épidémiologistes, les experts en maladies infectieuses et les cliniciens à trouver une réponse à un changement suspecté dans l'épidémiologie de la maladie.

Le virus de la variole du singe est un membre de la famille des Poxviridae et du genre Orthopoxvirus. Ce genre comprend également le virus de la variole humaine, et le virus de la vaccine, qui est utilisé dans le vaccin contre la variole humaine, ainsi que le virus de la variole des vaches. Le virus se trouve principalement dans les régions de forêts tropicales humides d'Afrique centrale et occidentale et présente deux clades : le clade du bassin du Congo et le clade ouest-africain, moins sévère et moins mortel.

Le réservoir naturel de la variole du singe reste inconnu. Cependant, les rongeurs africains et les primates non humains (comme les singes) peuvent héberger le virus et infecter les humains3. Pendant de nombreuses années, la variole du singe n'était endémique qu'en Afrique, jusqu'à ce que le premier cas hors d'Afrique soit signalé en 2003 4,5. Depuis lors, il y a eu des foyers d'épidémies intermittentes en Amérique, en Europe et en Asie, dont la plupart peuvent être attribués à des origines africaines suite à des voyages ou des importations d'animaux6. La dernière épidémie, cependant, ne suit pas le même schéma, les épidémiologistes soupçonnant un transfert à des personnes qui n'ont pas été en Afrique.

Un grand nombre de ces infections sont survenues chez des bisexuels et des homosexuels masculins 6, ce qui suggère la possibilité d'une transmission sexuelle. Cette suggestion ne peut être écartée, même si elle ne corrobore pas l'épidémiologie déjà connue de la maladie. Cela peut impliquer de nouvelles connaissances et des faits précédemment inconnus. Les maladies à virus Zika et Ebola sont des exemples de maladies infectieuses émergentes et réémergentes dont on a découvert par la suite qu'elles pouvaient être transmises par voie sexuelle. Ces virus ont ensuite été isolés dans le sperme, les fluides vaginaux et le lait maternel afin de confirmer la possibilité de leur transmission sexuelle ou postnatale de la mère à l’enfant 8-12.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il existe actuellement des épidémies de variole du singe dans trois pays d'Afrique de l'Ouest (Sierra Leone, Liberia et Nigeria) et quatre pays d'Afrique centrale (Congo, Cameroun, République centrafricaine et République démocratique du Congo). Environ 1 440 cas ont été signalés depuis le début de 2022, mais seuls 44 d'entre eux ont été confirmés en laboratoire2. Aucun cas n'a été signalé dans les pays africains non endémiques. Cependant, grâce à une meilleure connaissance des cas signalés, il n'est pas inutile de réfléchir à l'évolution des changements épidémiologiques.

Ces dernières années, des épidémies ont été identifiées dans de nouvelles zones dans les pays endémiques2. Les données rapportées par le Centre Nigérien pour le Contrôle des Maladies ont montré que les niveaux de surveillance varient d'un État à l'autre et que les déplacements à l'intérieur du pays sont aisés13. Par le passé, la variole du singe était principalement signalée dans le sud du pays, mais depuis 2020, le virus s'est répandu dans le centre, l'est et le nord14.

Avec les épidémies en cours dans les pays non endémiques, les preuves suggérant une transmission sexuelle et les incidents en dehors des zones géographiques endémiques comme ceux observés récemment au Nigeria, on pourrait assister à des modifications dans l'épidémiologie de la variole du singe.

De plus, avec 23 pays non endémiques concernés, 257 cas confirmés en laboratoire et 120 cas suspects au 26 mai 2022, selon les données rapportées par l’OMS7, il faut rester vigilant à l'égard d'une éventuelle épidémie mondiale de variole du singe. Par conséquent, nous appelons à des recherches supplémentaires pour confirmer la transmission sexuelle de la variole du singe et partager des connaissances sur l'association du VIH avec la transmission sexuelle. Par exemple, le festival des îles Canaries et l'épidémie de COVID sont à l'origine d'un manque d'accès aux soins de santé et de maladies non détectées. Les maigres 3 % de confirmations de cas en laboratoire sont nettement sous-estimés et ne permettent pas de trouver une solution durable à la maladie sur le continent. Par conséquent, les pays africains doivent intensifier leurs activités de surveillance de la variole du singe par le biais d'une détection rapide, d'un diagnostic précis, d'une confirmation des cas en laboratoire, de la recherche des contacts, du contrôle de la maladie et d'une réponse rapide et efficace aux épidémies.

doi: https://doi.org/10.1038/d44148-022-00088-7

References

  1. Magnus PV et al. Acta Pathologica Microbiologica Scandinavica, 46 (2), 156-176.(1959)

    PubMed  Article  Google Scholar 

  2. https://www.afro.who.int/news/who-supporting-african-countries-strengthen-monkeypox-surveillance-and-response-actions [access on 01 June 2022]

  3. Center for Disease Control and Prevention. Monkeypox in the United States. https://www.cdc.gov/poxvirus/monkeypox/outbreak/us-outbreaks.html [accessed on 04June 2022]

  4. Reed K.D et al. N Engl J Med. 350 342–350 (2004)

    PubMed  Article  Google Scholar 

  5. Ligon B. L. Semin Pediatr Infect Dis., 15 (4), 280–287 (2004)

    PubMed  Article  Google Scholar 

  6. Bunge, E.M., et al. PLoS neglected tropical diseases, 16 2 (2022).

    Article  Google Scholar 

  7. https://www.who.int/emergencies/disease-outbreak-news/item/2022-DON388 [access on 01 June 2022]

    Google Scholar 

  8. Center for Disease Control and Prevention. Clinical Guidance for Healthcare Providers for Prevention of Sexual Transmission of Zika Virus. https://www.cdc.gov/zika/hc-providers/clinical-guidance/sexualtransmission.html#:~:text=A%20person%20with%20Zika%20can,%2C%20urine%2C%20and%20breast%20milk. [access on 01 June 2022]

  9. Mead PS, et al. Curr Opin Infect Dis. 31 (1) 39-44 (2018)

    PubMed  Article  Google Scholar 

  10. Surani A, et al. Indian J Sex Transm Dis AIDS.39 (1) 65-67. (2018).

    Google Scholar 

  11. Medina‐Rivera M, et al. Annals Reports. 1488 (1) 33-43 (2021)

    PubMed  Google Scholar 

  12. Blohm GM et al. Clinical Infectious Diseases. 66 (7):1120-1 (2018).

    PubMed  Article  Google Scholar 

  13. https://ncdc.gov.ng/diseases/sitreps/?cat=8&name=An%20Update%20of%20Monkeypox%20Outbreak%20in%20Nigeria [accessed on 04 June 2022]

  14. Alakunle, E., et al. Viruses, 12 (11), 1257 (2020).

    Article  Google Scholar 

Download references

Nature Careers

Jobs

Nature Briefing

Sign up for the Nature Briefing newsletter — what matters in science, free to your inbox daily.

Get the most important science stories of the day, free in your inbox. Sign up for Nature Briefing

Search

Quick links