Skip to main content

Thank you for visiting nature.com. You are using a browser version with limited support for CSS. To obtain the best experience, we recommend you use a more up to date browser (or turn off compatibility mode in Internet Explorer). In the meantime, to ensure continued support, we are displaying the site without styles and JavaScript.

  • NEWS FEATURE

Le changement climatique représente un défi pour les systèmes alimentaires durables

Read in English

Des agriculteurs travaillant dans leur champ dans le nord de la Tanzanie.Crédit: Boaz Rottem/Alamy Stock Photo

Nourrir la population en croissance rapide de l'Afrique, comprenant 250 millions de personnes en insécurité alimentaire, et faire face aux impacts des graves sécheresses, des inondations et du COVID-19, sont les priorités des gouvernements du continent.

Entre 2000 et 2018, l'Afrique subsaharienne a enregistré la plus forte croissance de la production agricole, avec une hausse annuelle de 4,3 %, supérieure à la moyenne mondiale de 2,7 %. Toutefois, une étude de la Banque mondiale montre que si l'augmentation de la production agricole dans des régions comme l'Asie a été associée à une utilisation intensive d'intrants et à l'amélioration des technologies de production, la production de l'Afrique a été largement stimulée par l'expansion des terres agricoles. Les auteurs de l'étude avertissent qu'une telle "expansion ne peut être maintenue indéfiniment, même avec l'abondance relative des terres en Afrique."

L'étude révèle également que si la productivité agricole a augmenté, le continent "n'a pas dégagé les dividendes du développement nécessaires pour réduire la pauvreté de manière significative dans les zones rurales de l'Afrique subsaharienne."

Les chercheurs et les intervenants au sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires et au sommet du Forum Africain sur la Révolution verte (AGRF), qui s'est tenu le mois dernier à Nairobi, ont souligné le caractère non durable des systèmes alimentaires en Afrique. Le rapport sur la situation de l'agriculture en Afrique, publié en septembre lors de l'AGRF, prévient que cette expansion des terres cultivées fragilise les systèmes alimentaires africains, menace la biodiversité et augmente le risque d'impact du changement climatique sur le continent.

Actuellement, les pertes après récolte coûtent à l'Afrique 48 milliards de dollars par an. Selon Richard Munang, coordinateur régional du changement climatique pour l'Afrique au sein du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), cela signifie que les ressources en eau, en sol et en pollinisation nécessaires à la production de ces aliments sont gaspillées, ce qui nécessite une nouvelle expansion des terres cultivées pour combler les déficits.

Jemimah Njuki, directrice pour l'Afrique de l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, a déclaré que le changement climatique et l'adoption insuffisante des technologies restent un défi majeur pour la transformation et la durabilité des systèmes alimentaires. Selon le rapport "State of the Global Climate 2021", l'insécurité alimentaire augmente de 5 à 20 % à chaque inondation ou sécheresse en Afrique subsaharienne. Il souligne une augmentation de 40 % de la population touchée par l'insécurité alimentaire en 2020 par rapport à 2019 dans la région.

Selon les recherches de la Banque mondiale, l'Afrique subsaharienne consacre un petit 0,4 % de son PIB à la recherche agricole, ce qui est inférieur au seuil de 1 % fixé par la déclaration de Malabo pour la croissance et la transformation accélérées de l'agriculture. Pour améliorer les rendements, M. Njuki a appelé à un accès accru aux technologies intelligentes pour le climat, à l'irrigation, à la mécanisation et à l'utilisation judicieuse d'intrants agricoles améliorés, en veillant à ce qu'ils soient accessibles aux petits exploitants et aux femmes.

Brian Mulenga, maitre de recherche à l'Institut de recherche sur les politiques agricoles d'Indaba, en Zambie, a expliqué la nécessité "d'investir dans les moteurs de croissance de la productivité tels que l’extension et l'éducation, la résilience climatique des petits exploitants, la diversification au niveau des exploitations et la création de liens avec les marchés pour les cultures et le bétail."

"Une façon d'améliorer la durabilité est de soutenir la transition vers des systèmes alimentaires agro-écologiques. L'accélération de l'agriculture intelligente sur le plan climatique offre les avantages combinés de la durabilité environnementale, de la réduction des risques de production et de la possibilité d'atteindre une productivité identique ou supérieure avec des intrants industriels réduits, et donc de diminuer les coûts des intrants", a déclaré à Nature Africa Julian May, directeur du Centre d'Excellence en Sécurité Alimentaire à l'Université du Cap occidental en Afrique du Sud et titulaire de la chaire UNESCO sur les systèmes alimentaires africains.

M. Mulenga a plaidé en faveur d'une approche futuriste dans laquelle les données probantes au niveau national sont utilisées pour "créer des alliances régionales stratégiques de production et de partage de données entre les chercheurs et les organisations de développement, afin de disposer d'une masse critique de données allant dans la même direction dans toutes les régions". Il soutient que cela permet aux décideurs politiques d'apprécier ces données probantes et de réagir, "car il sera clair que ces évidences seront reconnues au-delà des frontières de leur pays."

doi: https://doi.org/10.1038/d44148-021-00114-0

Nature Careers

Jobs

Nature Briefing

Sign up for the Nature Briefing newsletter — what matters in science, free to your inbox daily.

Get the most important science stories of the day, free in your inbox. Sign up for Nature Briefing

Search

Quick links