• RESEARCH HIGHLIGHT

Un dispositif peu coûteux pour un diagnostic rapide de la gonorrhée

Read in English

Tza-Huei Wang, professeur d'ingénierie mécanique à la Whiting School of Engineering de Johns Hopkins, avec des tests de réaction en chaîne par polymérase (PCR) dans son laboratoire de microfluidique.Crédit : WILL KIRK / JOHNS HOPKINS UNIVERSITY

Un test utilisant un appareil portable et une application téléphonique pourrait améliorer le diagnostic des infections sexuellement transmissibles et permettre un traitement plus rapide.

Appelé PROMPT (portable, rapid, on-cartridge, magnetofluid purification and testing platform), l'appareil fonctionne avec une simple batterie de cinq volts et comprend des cartouches thermoplastiques. été testé dans des cliniques de santé sexuelle à Kampala (Ouganda) et à Baltimore (États-Unis). PROMPT a été mis au point par des chercheurs de l'Institut de nanobiotechnologiede la Whiting School of Engineering de Johns Hopkins et de l'Institut ougandais des maladies infectieuses de l'université Makerere. Les résultats de l'équipe sont publiés dans Science Translational Medicine.

L'application peut diagnostiquer la gonorrhée en moins de 15 minutes et fournir des résultats alors que le patient est encore dans la clinique. Elle permet de détecter correctement la souche la plus courante dans environ 97 % des cas et de déterminer avec une précision de 100 % si une souche particulière répondra aux antibiotiques de première ligne, évitant ainsi aux patients de propager leur infection sans le savoir.

Plus de 87 millions de personnes dans le monde sont infectées par la gonorrhée, dont la résistance aux antibiotiques augmente. PROMPT "garantit que les patients sont diagnostiqués sur place et que le traitement peut commencer immédiatement, ce qui améliore les résultats cliniques. Cela sera particulièrement utile dans les milieux à faibles ressources, où des laboratoires bien équipés ne sont pas toujours accessibles à tous les patients", explique le chef d'équipe, Tza-Huei Wang, professeur d'ingénierie mécanique à l'Institute for Nano Biotechnology de la Johns Hopkins Whiting School of Engineering.

Andrew Kambugu, directeur exécutif de l'Institut ougandais des maladies infectieuses (IDI) de l'université de Makerere, où l'étude a été réalisée, affirme que "cette technologie pourrait changer la donne en matière de diagnostic rapide et de prévention des infections sexuellement transmissibles (IST) résistantes aux antibiotiques".

doi: https://doi.org/10.1038/d44148-021-00045-w

References

  1. 1.

    Trick et al., Sci. Transl. Med. 13, eabf6356 (2021)

    PubMed  Article  Google Scholar 

Download references

Nature Briefing

An essential round-up of science news, opinion and analysis, delivered to your inbox every weekday.

Nature Briefing

Sign up for the Nature Briefing newsletter — what matters in science, free to your inbox daily.

Get the most important science stories of the day, free in your inbox. Sign up for Nature Briefing