Preuve de la prédation des requins blancs par les orques.Crédit: Morne Hardenberg

Read in English

Les biologistes marins savent depuis longtemps que deux grands prédateurs des profondeurs s'affrontent fréquemment, mais jusqu'à récemment, ils ne disposaient pas de preuves vidéo à cet égard. Une étude, publiée dans la revue Ecology de l'Ecological Society of America, permet pour la première fois aux scientifiques de voir de manière très détaillée comment les orques chassent les requins.

L'équipe de scientifiques sud-africains a utilisé un hélicoptère et un drone pour capturer les toutes premières images aériennes d'orques chassant et tuant des grands requins blancs en Afrique du Sud. Bien qu'il y ait déjà eu des images d'orques chassant des requins blancs près des îles Farallon, en Californie, en 1997, et au large des îles Neptune, dans le sud de l'Australie, aucune de ces images n'est bien définie : "Il est difficile de documenter ces prédations car il est très rare de les observer", explique à Nature Africa Alison Towner, co-auteur de l'étude et candidate au doctorat à l'université de Rhodes, en Afrique du Sud.

Les images du drone de Towner montrent un groupe d'orques s'approchant d'un requin et l'encerclant de près. "Au lieu de « s’envoler » (de fuir et nager rapidement pour s'éloigner des orques) comme on pourrait s'y attendre, les requins blancs ont utilisé une stratégie anti-prédateur commune, en restant à proximité et en gardant un œil sur le prédateur pour essayer de l'éviter", explique-t-elle.

Des recherches antérieures sur des carcasses de requins blancs échouées sur le rivage ont montré que les orques n'extrayaient et ne mangeaient que le foie du requin, qui peut représenter jusqu'à un tiers de son poids corporel et qui est plein de lipides nutritionnels.

L'une des baleines de l'étude était connue pour avoir déjà attaqué des requins blancs, mais pas les quatre autres, ce qui laisse penser que la chasse devient plus courante. Des recherches antérieures montrent que les orques peuvent apprendre les uns des autres par "transmission culturelle".

Les données provenant des balises de marquage, des relevés par drone et des bateaux d'excursion pour l’observation des requins montrent qu'après les attaques des orques, les requins survivants ont quitté Mossel Bay, dans la province du Cap occidental en Afrique du Sud, connue pour sa grande population de grands requins blancs. Quelque 45 jours plus tard, quelques requins sont revenus, mais, après la publication de l'étude, les orques ont de nouveau été aperçus dans les eaux de Mossel Bay, et les requins sont repartis.

Les chercheurs ont recensé 11 décès de Grands Blancs causés par des orques, mais Alison Kock, co-auteur de l'étude et biologiste marin pour les parcs nationaux d'Afrique du Sud, affirme que le nombre réel est probablement plus élevé, car les corps coulent généralement et ne sont pas rejetés sur le rivage.

Gansbaai, un village de pêcheurs situé à environ 300 km à l'ouest de Mossel Bay, est également connu pour sa grande population de requins blancs. Dans une étude publiée en juin, les chercheurs ont également surveillé cette zone et ont constaté que l'absence des requins se prolongeait après que les orques les aient chassés. Selon Kock, un prédateur plus petit et une proie pour les requins blancs, le requin baleine de bronze, étaient plus visibles. Chaque fois que les orques revenaient, les requins s'éloignaient plus longtemps. Finalement, ils ont été absents pendant des périodes de plus de 12 mois, ajoute-t-elle.

Les observations suggèrent que la prédation par les orques sur des grands requins côtiers a commencé en 2015 en Afrique du Sud, sur les requins-vache à sept branchies à False Bay, au large de la côte du Cap, puis sur les requins blancs en 2017. Avant 2015, les orques n'étaient connues que pour chasser les requins du large, comme les requins bleus.

"La plupart de ce que font les requins blancs nous reste caché, et très peu de requins blancs sont marqués en Afrique du Sud", explique Kock. Davantage de marquages satellite de requins pourraient aider les scientifiques à comprendre dans quelle mesure les orques menacent l'existence de l'un des prédateurs les plus redoutables de l'océan.